Millésime 2011

L’année 2011.

Les vendanges 2011 avaient débuté très tôt, aux alentours du 25 août pour l’ensemble du vignoble, ce qui demeure inédit en Champagne. Après la chaleur et la sécheresse du printemps, la végétation était en avance de trois semaines. Durant un été pourtant pluvieux et froid, la vigne avait poursuivi son développement sur sa lancée.

L’état sanitaire de la vendange 2011 était excellent, avec un bel équilibre sucre-acidité.

A l’œil*.

Un joli cordon étoffe la belle robe dorée de cette superbe cuvée. On est tout de suite séduit par les reflets que les verres en cristal sauront mettre en évidence. La bulle fine et délicate monte doucement dans son contenant, signe d’une certaine maturité.

Au nez.

Le nez, délicat et persistant, fait apparaître des arômes de jeunesse et une parfaite combinaison des trois cépages champenois. On y sent des notes florales, des effluves de jasmin, un fruité bien présent et une belle complexité d’arômes. C’est un vin qui saura évoluer avec le temps vers des notes de vanille, de pain grillé, d’amande, de miel, de figue et de noisette grillée.

Au goût.

La sensation en bouche est puissante, gourmande et d’une belle amplitude avec beaucoup d’harmonie. On y décèle les mirabelles, les quetsches, les prunes et quelques notes de cerises et de bigarreaux. Quelques notes de bergamote, de tilleul, d’aubépine. La bouche est riche et délicate, les cépages qui composent cette cuvée apportant chacun leurs caractéristiques. L’effervescence tapisse délicatement le palais avec une certaine suavité sur la finale.

Le marier.

Avec un sauté de veau, un soufflé au fromage, une perdrix, ou une crème royale

La technique.

Pinot noir : 33 %
Meunier : 33 %
Chardonnay : 33 %
Vins de réserve : 0%, il s’agit d’un millésime

Alcool (°GL) : 12,3
Sucres (g/l) MR : 9,6
Acidité totale (g/l en H2 SO4) : 4,62
Acidité volatile (g/l en H2 SO4) : 0,27
Anhydride sulfureux (mg/l) Libre : 7
Anhydride sulfureux (mg/l) Total : 64
pH : 3,07
Fermentation malolactique : terminée
Date de l’analyse : 1er octobre 2015

________________________

* Qualité, quantité, taille des bulles, disque, cordon de mousse : rappelons l’importance fondamentale de la qualité des verres de dégustation et du soin tout particulier qui doit leur être apporté lors du nettoyage et du séchage (point déterminant quant à l’appréciation). L’effervescence doit être jugée en bouche, et non visuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *